Comme le directeur général de Krys Group l’annonçait en mars dans une interview à acuite.fr, la coopérative innove avec la mise en place d’une solution de télé-ophtalmologie pour accélérer le délai de délivrance d’équipements optiques. En partenariat avec MédecinDirect, une plateforme spécialisée en télémédecine, l’entreprise entend répondre au problème des déserts médicaux en coordonnant les « 3 O », ophtalmologistes, orthoptistes et opticiens.

« A travers ce nouveau service, Krys Group enrichit l’expérience client au sein de ses enseignes et poursuit sa stratégie de différenciation pour proposer à ses clients une véritable prise en charge globale de leur santé visuelle. Cette initiative illustre l’agilité et la capacité d’innovation de notre groupe qui dans un marché tourmenté, veut continuer de croître en devançant les évolutions de la filière », souligne Jean-Pierre Champion, DG de la coopérative.

Objectif : raccourcir les délais de délivrance de corrections adaptées

Le délai d’obtention d’un rendez-vous chez un ophtalmologiste est estimé à 117 jours en moyenne et peut atteindre un an dans certaines régions de France*. Pour les enfants, il faut compter en moyenne 138 jours**, soit la moitié d’une année scolaire.

Face à cette situation, « en tant que leader de l’optique en France, nous devions réagir. Nous avons donc investi massivement dans un parcours de soin digitalisé qui doit faire évoluer la filière toute entière, au bénéfice de tous les Français, argumente Patrice Camacho, directeur santé et réglementation de Krys Group. La mise au point de ce protocole de télémédecine a nécessité 24 mois d’études, d’échanges avec les acteurs de notre secteur dont principalement les ophtalmologistes. Mais c’est l’investissement nécessaire pour apporter des solutions concrètes à certains territoires de France qui n’ont à ce jour pas de solutions acceptables pour la santé visuelle ».

Coordonner le travail des orthoptistes et des opticiens, sous l’autorité de l’ophtalmologiste

Ce protocole de télé-ophtalmologie est proposé par l’opticien qui oriente son client vers cette solution et détermine la correction du patient. Interviennent ensuite un ophtalmologiste par téléconsultation et un orthoptiste pour réaliser les examens physiques de fond de l’œil et de tension oculaire. Le médecin spécialiste sera ainsi en mesure de faire la prescription nécessaire pour permettre à l’opticien de délivrer l’équipement. En tout, ce protocole prend 15 jours contre 6 mois aujourd’hui, principalement en raison des délais d’obtention de rendez-vous.

Seul condition : le patient doit être éligible. « Le client déjà porteur de correction avec une ordonnance non valide (sauf enfants, corrections au-delà de +4D/-4D, et autres pathologies) peut disposer d’un examen de vue, nous a précisé Catherine Piazza, opticienne Krys à Taverny et Franconville (95), qui a testé la solution. Les données sont transmises via MédecinDirect à l’orthoptiste qui donne un rendez-vous au client et réalise les examens complémentaires. Les résultats sont ensuite transmis à l’ophtalmologiste qui établit la prescription ». Le service sera enrichi en continu des retours d’expérience et déployé progressivement à travers le territoire, en premier lieu à Strasbourg (67).

Un service expérimental pris en charge à 100% par Krys Group

Le protocole de télé-ophtalmologie s’appuie sur les règlementations actuellement en vigueur, notamment les délégations de tâches qui s’appliquent entre ophtalmologistes, orthoptistes et opticiens. Krys Group prend en charge l’intégralité du coût de ce service pendant sa phase de lancement. L’objectif étant « de prouver qu’il existe des solutions concrètes au problème des déserts médicaux et de l’accès aux soins, mais bien entendu pas de substituer dans la durée aux financeurs publics et privés », souligne la coopérative.

* Baromètre de l’accès aux soins Jalma | Smartsanté -Ifop – 2017
** Observatoire de la Vue Ipsos pour Krys Group – 2017